Accueil Actu Comment respecter le code de la route au Maroc ?

Comment respecter le code de la route au Maroc ?

Le code de la route est un ensemble de règles législatives. L’objectif de ces règles est d’assurer la sécurité de tous les usagers (piéton, automobilistes etc.) circulant sur les voies publiques. Un non-respect de ces règles est passible d’une amende, retrait de points ou confiscation de permis et même un emprisonnement. Vous êtes au Maroc et vous vous demandez comment respecter le code de la route ? Vous êtes au bon endroit. Découvrez dans la suite de cet article comment y parvenir.

Respecter le code de la route au Maroc : Comment y parvenir ?

Il n’y a pas meilleure solution pour respecter le code de la route au Maroc que de suivre scrupuleusement les consignes données par les dispositions du code. Au nombre de ces consignes, nous avons :

A lire également : Comment vapoter avec une cigarette électronique ?

Avoir un permis

Pour circuler sur les voies publiques au Maroc vous êtes dans l’obligation d’être titulaire d’un permis. Les conducteurs de véhicules agricoles ne sont pas mis de côté par cette disposition. Que vous soyez conducteur d’un véhicule agricole, d’un engin BTP, d’une moto ou autres, vous êtes tenus d’avoir un permis. Aussi, il est important de noter qu’il y a quelques spécificités que vous devez prendre en compte pour obtenir un permis.

En effet, le code exige un permis de catégorie A1 pour les conducteurs de motocycle léger, tricycle léger à moteur et quadricycle lourd à moteur. Alors qu’il impose aux usagers conduisant un motocycle à moteur ou un tricycle à moteur, un permis de la catégorie A. La catégorie C est quant à elle exigée pour les véhicules agricoles, des engins spéciaux à moteur dont le poids en charge dépasse les 3500 Kg.

A voir aussi : Achat de viande chez le boucher ou en supermarché, que faut-il privilégier ?

Renouveler à temps son permis

Les permis de conduire ont une validité de 10 ans au Maroc. Ainsi, vous êtes dans l’obligation d’effectuer un renouvellement si la validité de votre pièce court à son terme. Aussi, un renouvellement de permis s’impose dans certains cas comme :

  • Changement d’adresse ;
  • Changement d’identité ;
  • Changement de catégorie de permis, etc.

Passer ses visites médicales

Le code de la route marocain exige une visite médicale tous les 10 ans pour tous les détenteurs de permis de conduire. Mais, il en est autrement pour les titulaires dont l’âge est au-dessus des 65 ans. En effet, ceux-ci doivent passer une visite médicale tous les 2 ans. Veillez donc à ne pas manquer vos visites.

Autres astuces pour respecter le code de la route au Maroc

Il est aussi important, si vous souhaitez avoir très longtemps le droit de circuler sur les voies publiques marocaines, de vous plier à d’autres règles. Au nombre de celles-ci, nous avons :

  • L’immatriculation : Si votre véhicule à moteur est soumis à l’immatriculation et qu’il n’en possède pas vous risquez d’avoir de gros problème.
  • Avoir un comportement exemplaire : Vous ne devez en aucun cas dépasser les 50 km/h ou la vitesse maximale autorisée. Aussi, vous devez éviter de conduire en sens interdit. De même, vous ne devez pas banaliser les panneaux de signalisation ainsi que les feux tricolores. Par ailleurs, la conduite en état d’ivresse est sévèrement punie au Maroc.

Quelles sanctions en cas d’un non-respect du code de la route marocain ?

Le code de la route marocain prévoit une diversité de sanctions en cas d’une violation. Elles varient en fonction des délits. Par exemple, la conduite en état d’ivresse est passible d’une peine d’emprisonnement allant de 6 mois à 1 an. De même on peut écoper en plus ou uniquement d’une amende qui est comprise entre 5000 et 10000 DH. Aussi, dans cette situation vous risquez un retrait de permis pour une durée allant de 6 mois à 1 an.

En ce qui concerne les violations liées aux permis, le concerné risque une amende allant jusqu’à 20000 DH et une peine d’emprisonnement allant jusqu’à 3 ans. Cela dépend bien sûr de la gravité de la situation. Il est aussi possible d’écoper des retraits de points allant jusqu’à 14 points. Comme exemple de situation, en cas d’un accident de circulation entraînant un homicide involontaire, le conducteur fautif encourt un retrait de 14 points (ou annulation de permis).

ARTICLES LIÉS