Accueil Immobilier Quel est l’intérêt d’une holding ?

Quel est l’intérêt d’une holding ?

Une entreprise l’exploitation est destiné à prendre une participation financière dans une ou plusieurs autres sociétés. Si l’exploitation détient plus de 50%, alors nous parlons de » société mère  » La société appartenant étant dénommée «  filiale ou « société fille ». Elle a pour actif les titres d’autres sociétés et a pour but de les diriger ou de les contrôler.

Classiquement, il existe deux types d’exploitation :

Lire également : Utiliser des mini-pelles et des accessoires pour faire le travail

  • Le exploitations actives (ou facilitateurs ou mixtes) qui, en plus de détenir le capital de sa fille, lui fournit des services (comptables financiers…)
  • Le exploitations passives (ou la détention pure) qui détiennent simplement le capital d’autres sociétés.

Une société holding peut prendre la forme classique de SAS ou LLC. Pour les professions libérales, il s’agit alors d’une participation financière des professions libérales (SPFPL).

Leur incorporation ne diffère pas des sociétés conventionnelles. Seul l’objet corporatif est spécifique à l’activité qui y sera exercée (détention active ou passive).

A voir aussi : Pour vos réceptions ou vos cocktails : faites le choix d’un domaine

L’associé peut également apporter des titres d’une société fille au moment de la constitution de la société holding. Tel est le cas lorsqu’elle est constituée dans le cadre d’une opération » Affectation  »

Enfin, la société holding peut acquérir les titres de la société fille dans le cadre d’une prise de contrôle (totale ou partielle) d’une société.

CONTENU :

I. LES AVANTAGES DE LA DÉTENTION

II. LES INCONVÉNIENTS DE L’EXPLOITATION

LES AVANTAGES DE LA DÉTENTION

Rendements de dividendes quasi libres d’impôt

La société holding peut opter pour l’application de régime fiscal « mère-fille » (articles 145 et 216 du Code général des impôts).

L’option pour ce schéma permet de retourner le résultat de la société fille à la société holding en déductible quasi-impôt . Pour cela, elle doit détenir au moins 5% du capital de la société fille pendant plus de deux ans,.

En effet, la distribution des dividendes entre deux sociétés donne lieu en principe à une double imposition  :

  • Au niveau des filles, les bénéfices distribués sont imposés en tant qu’impôt sur les sociétés
  • Au niveau de la société mère, les dividendes reçus font partie du revenu imposable.

Toutefois, l’option de ce régime permet d’éliminer cette double imposition. En effet, la société mère sera exemptée de impôt sur les sociétés sous réserve de la réintégration dans son résultat fiscal d’une part des dépenses et frais jusqu’à 5%.

Faciliter le rachat d’entreprises

La création d’une exploitation facilite rachat d’entreprise en particulier par le « mère-fille » système fiscal mentionné plus tôt.

Au lieu de s’endetter personnellement, le futur partenaire de la société cible créera, avant l’acquisition, une société holding.

C’est cette dernière société qui deviendra endettée dans le but d’acquérir les titres de la entreprise cible .

Les échéances de la prêt bancaire contracté par la holding sera remboursé par le hausse des dividendes depuis la société des filles, c’est presque exonère d’impôt.

Le premier avantage de cet arrangement est de permettre une déduction du revenu imposable de la participation et des intérêts sur le prêt. Pour l’acheteur personne physique, cette déductibilité est plus difficile à mettre en œuvre.

Surtout, le financement par l’exploitation permettra de réduire considérablement la impôts et pertes sociales. Si l’associé avait dû rembourser personnellement l’échéance du prêt, il aurait dû recevoir des dividendes et/ou rémunération de la société cible pour le faire.

Toutefois, les dividendes reçus directement par le partenaire de la personne physique sont imposables ( impôt sur le revenu ) et sous réserve de prélèvements sociaux . Il en va de même pour les rémunérations soumises aux cotisations de sécurité sociale et à l’impôt sur le revenu.

Inversement, en ramenant des titres par l’intermédiaire de la société holding, la société holding peut percevoir directement les dividendes de sa fille presque libre d’impôt en bénéficiant du régime mère-fille.

Cela permet de réduire sensiblement le taux d’imposition et les prélèvements sociaux.

Faciliter la revente et l’investissement des entreprises

Holding est également un outil pour optimisation fiscale pour le revente d’entreprise en autorisant le report de l’imposition de plus-value .

En effet, lorsque l’associé détenant directement la société opérante transfère ses titres, il sera personnellement imposé à l’égard du gain en capital réalisé sur la tranche marginale de l’échelle de la impôt sur le revenu (sous réserve des allocations pour les périodes de détention) et 15,5 % de prélèvements sociaux.

Afin d’éviter une telle imposition, ou plus précisément de la reporter, il peut être opportun de créer une société holding avant la vente par l’associé, en lui apportant les titres de la société opérante.

Il s’agit de la technique de » la fourniture  »

L’apport de titres à la participation permet ainsi le bénéfice, sous réserve de conditions, d’une eport fiscal du gain en capital . Le report peut être remis en cause si la société de portefeuille revend ses titres avant trois ans.

En cas de vente avant ce délai, le report est maintenu si l’exploitation réinvestit au moins 50 % du produit de la vente dans une activité économique dans un délai de deux ans à compter de la vente.

Cet arrangement est d’un intérêt réel aux entrepreneurs qui prévoient de réinvestir le gain en capital dans de nouvelles activités puisque le produit de la vente est bloqué dans l’entreprise.

Bénéficiez d’un levier juridique

La mise en place d’une holding permet à un partenaire de contrôler une entreprise cible en réduisant son investissement.

En effet, sans participation, le partenaire devrait acquérir 51 % de la filiale pour la contrôler.

Grâce à la holding, il suffit que le partenaire détienne 51% de la société holding, qui détiendra 51% de la société fille.

Ainsi, l’investissement initial aura été réduit de moitié, tout en permettant au partenaire de tenir contrôle indirect de l’entreprise cible .

Cette détention indirecte permet également d’introduire d’autres investisseurs le capital (soit de la participation soit de la filiale) tout en conservant le contrôle du groupe.

Bénéficier du régime d’intégration fiscale

LE intégration fiscale permet à un groupe d’entreprises de centraliser l’imposition des bénéfices du groupe. Ainsi, la déficit d’une ou plusieurs entreprises du groupe viendront se compenser avec d’autres.

Ce régime permet également de faire retourner les dividendes à l’exploitation en franchise totale d’impôt (sans rétablissement de la part de 5 % des frais et redevances).

Toutefois, l’avantage de ce régime est plus strict que le régime mère-fille et exige, entre autres, que :

  • la participation détient au moins 95 % de la filiale.
  • la participation n’est pas détenue au plus 95 % par une autre société assujettie au SI

toutes les sociétés du groupe sont soumises à la

Avantages opérationnels

Lorsqu’un partenaire possède plusieurs sociétés dites opérationnelles, la holding permet groupe et mise en commun les moyens des sociétés de filles.

L’exploitation peut ainsi consolider et mettre en œuvre des services comptabilité, gestion administrative, fiches de paie de secrétariat, marketing… au profit de ses filiales.

Enfin, la Holding permet d’augmenter la crédibilité et le pouvoir de négociation avec les banques. Le besoin de financement est « centralisé » sur l’exploitation.

LES INCONVÉNIENTS DE L’EXPLOITATION

Le coût de la création et de la gestion

En présence de plusieurs sociétés, les coûts de constitution et de gestion seront multipliés. En effet, dans ce cas, il sera nécessaire, entre autres, d’établir tenue de livres pour chacun d’eux.

De même, selon la taille du groupe, il peut être nécessaire de désigner un ou plusieurs vérificateurs responsable de la certification des comptes consolidés.

Cependant, la multiplication de ces coûts peut être limitée en combinant ressources et services au niveau de l’exploitation.

En tout cas, les économies fiscales et sociales neutralisent ces Frais de constitution et d’exploitation .

L’absence de recouvrement de la TVA

La société holding passive, n’ayant comme revenu que les dividendes versés par sa filiale, ne peut en principe déduire la CUVE . En effet, c’est le revers de la absence de récupération de ladite TVA..

En revanche, dans le cas de l’exploitation active, il peut déduire de la TVA dans la mesure où elle fournit elle-même des services soumis à la TVA.

Paiement de la taxe sur les salaires

Les employeurs qui ne sont pas soumis à la TVA sur l’ensemble de leur chiffre d’affaires doivent payer le impôt sur les salaires .

Il s’agit bien entendu des participations, car la plupart de leurs recettes proviennent de dividendes reçus de filiales qui ne sont pas soumises à la TVA.

Ainsi, lorsque l’exploitation rémunère l’agent, elle doit payer cette taxe.

Si la société holding emploie des salariés affectés à des tâches, même partiellement financières, elle devra également les payer sur leur rémunération.

Contrôle des accords de prestations par l’administration fiscale

La participation active d’un groupe effectuera avantages au profit de ses filiales.

Elle facturera ainsi pour ces services générant pour son chiffre d’affaires taxable . D’autre part, la filiale pourra déduire de son revenu imposable tel que charges.

Toutefois, les autorités fiscales surveillent de près ces avantages afin de vérifier les déductibilité du résultat de la filiale. C’est ainsi que l’opération doit être effectuée dans l’intérêt de la société fille.

Il convient donc d’être particulièrement vigilant dans l’élaboration de ces conventions. Sinon, le risque est de subir un redressement fiscal.

Le défi du statut de Jeune Entreprise Innovante (JEI)

Le statut de JEI ne profite qu’aux entreprises détenues directement ou indirectement avec un seul niveau d’interposition, par des personnes physiques partenaires.

Ainsi, si l’exploitation a pour effet de créer un niveau supplémentaire, la société fille est devenue « petite fille » et jouissant du statut de JEI, pourrait perdre le profit de celui-ci.Avez-vous des questions ? Contactez-nous

ARTICLES LIÉS